nous contacter
brochure - téléchargement
Test apnée du sommeil
Informer un ami
Paiement en ligne

Attention, le ronflement peut cacher un syndrome d’apnées du sommeil

Tous les ronfleurs ne sont pas apnéiques, mais presque tous les apnéiques sont ronfleurs !

Lorsque l’on ronfle de manière régulière et bruyante, il est très important de se poser la question des apnées du sommeil.

En effet, le ronflement est un symptôme du syndrome d'apnées du sommeil. Lorsque le ronflement est associé à des apnées du sommeil, la vibration et l'affaissement des tissus mous à l'arrière de la gorge entraine une obstruction du passage de l’air, c’est-à-dire une pause respiratoire pendant le sommeil.

Ce phénomène qui peut se produire plusieurs centaines de fois par nuit correspond à de courts arrêts de la respiration.

Le saviez-vous ?

Les études cliniques ont montré que les patients apnéiques non traités ont :

  • 3x plus de risques d’accidents cardio-vasculaires(1)
  • 5x plus de survenue de maladies coronariennes(2)
  • 3x plus de risques de développer une hypertension artérielle(3)
  • ET un risque jusqu’à 3x plus de survenue d'accident de la route !(4)

Si elle n’est pas soignée, l’apnée du sommeil peut avoir des conséquences importantes à court terme (fatigue au réveil, somnolence, dépression) et à moyen terme sur notre santé (risque accru d’hypertension et de problèmes cardio-vasculaires).

Avant toute démarche de traitement pour le ronflement, il est essentiel de s’assurer que vous ne souffrez pas d’apnées du sommeil. De nombreux apnéiques ne sont pas conscients de leur maladie et cherchent à traiter les conséquences (fatigue, somnolence, dépression) plutôt que la cause : l’apnée du sommeil.

Pour vous aider à reconnaitre les signes qui doivent vous alerter, faites le test ci-dessous :





 

(1) Marin JM et al. Lancet 2005; 365:1046-53
(2) Peker Y et al. Eur Respir J 2006; 28:596-602
(3) Peppard et al. NEJM 2000; 342:1378-84
(4) Ellen et al. J Clin Sleep Med. 2006 ; 15 ; 2(2) :193-200

Imprimer cette page Imprimer